L’impact de la mise en œuvre de la nouvelle phase du la zone de basses émissions dès le 1er janvier 2020

Question écrite de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Alain MARON, Ministre, chargé de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie et de la Démocratie participative.

Concerne : L’impact de la mise en œuvre de la nouvelle phase du la zone de basses émissions dès le 1er janvier 2020

A partir du 1er janvier 2020 en en exécution de la zone de basses émissions (LEZ), les véhicules (voitures, bus et camionnettes) diesel de la norme Euro 3 seront interdits d’accès en Région bruxelloise. Il s’agit, pour les voitures, des immatriculations entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005. On parle donc de véhicules diesel qui ont entre 15 et 20 ans.

  • Combien de véhicules sont potentiellement concernés et ne pourront plus circuler en vertu de la LEZ à partir du 1er janvier 2020 ?
  • Combien de véhicules de cette catégorie (diesel Euro 3) roulaient effectivement sur le territoire régional en 2019 ?
  • A quoi correspond le chiffre de 42.000 véhicules parfois évoqués dans la presse ?
  • Avec cette interdiction, n’y a-t-il pas un risque que certains automobilistes fassent immatriculer leur véhicule comme un ancêtre ?
  • Des actions sont-elles prévues pour contrer ce phénomène, désormais bien visible dans les rues de la Capitale ?

Marc LOEWENSTEIN

Dans la même rubrique :

 


Restez informés