L’emploi des langues dans le trip planner de la STIB

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à Mme Elke VAN DEN BRANDT, Ministre, chargée des Travaux publics, de la Mobilité et de la Sécurité routière.

Concerne : L’emploi des langues dans le trip planner de la STIB

Le site internet et l’application mobile de la STIB offrent à leurs utilisateurs la possibilité de rechercher des itinéraires permettant de les mener d’un point A à un point B, mais également de pouvoir voyager via la STIB, De Lijn, Tex ou encore la SNCB. Même si nous n’en sommes pas encore à la mise en place d’une intégration tarifaire, cet outil va dans le bon sens en intégrant les différents opérateurs de transport public actifs à Bruxelles sur une même plateforme. Il facilite également la vie des usagers.

Toutefois, quand vous utilisez ce trip planner de la STIB en ayant fait le choix d’utiliser la langue française puis, une fois vos points de départ et d’arrivée fixés, vous choisissez un transport De Lijn, le détail de l’itinéraire ainsi que les noms des arrêts situés entre votre point de départ et votre point d’arrivée apparaissent en néerlandais. Et l’inverse est également vrai lorsque l’on est néerlandophone et qu’on sélectionne un trajet opéré par les Tec.

Il semble bien que le respect du cadre qui fixe l’emploi des langues ne soit pas respecté.

En effet, la STIB est un service du Gouvernement bruxellois, au sens des lois sur l’emploi des langues en matière administrative. Et De Lijn, en l’espèce, est un service du Gouvernement flamand dont l’activité s’étend aux communes bruxelloises. Et il en est de même pour les Tec. Ces services ont un régime équivalent à celui des services centraux (ou locaux bruxellois) pour l’application des lois linguistiques.

En conséquence, pour ce qui est des communications au public (en ce compris via des applications digitales), les mentions doivent être bilingues français/néerlandais.

Cette situation pose donc question et j’aimerais vous interroger sur les points suivants :

  • Ce signalement a-t-il été porté à votre connaissance ou à celle de la STIB ?
  • Qu’est-ce qui explique cette entorse aux lois sur l’emploi des langues ? S’agit-il là d’un oubli ? D’un choix délibéré pour se faciliter la vie au niveau de la programmation du trip planner ?
  • Quelles sont les actions menées pour réparer cette situation et veiller au respect, pour les deux rôles linguistiques, des lois sur l’emploi des langues ? Dans quels délais les adaptations pourront-elles être opérationnelles ?

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission Mobilité du 11/02/2020. Il est disponible quelques jours après la date du débat.