La création d’un comité de coopération entre la Flandre et Bruxelles

Les régions bruxelloise et flamande mettront sur place, sous l’impulsion de leurs ministres-présidents, une structure visant à examiner les grands dossiers de mobilité.

Une nouvelle démonstration de l’échec de la Communauté métropolitaine de Bruxelles vendue aux Francophones en échange de la scission de BHV.

Quoi qu’il en soit, cette concertation est nécessaire et il importe qu’elle soit bien effective.

Question d’actualité en séance plénière de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Rudi VERVOORT, Ministre-Président du Gouvernement bruxellois, chargé du Développement territorial et de la Rénovation urbaine, du Tourisme, de la Promotion de l’Image de Bruxelles et du Biculturel d’Intérêt régional.

Concerne : La création d’un comité de coopération entre la Flandre et Bruxelles

La presse du 7 décembre dernier nous apprend que les régions bruxelloise et flamande mettront sur place, sous l’impulsion de leurs ministres-présidents, une structure visant à examiner les grands dossiers de mobilité.

Ce Comité de coopération serait composé des ministres-présidents et des ministres de la mobilité ou de leurs représentants, cela ne semble pas encore très clair.

Ce qui est par contre bel et bien annoncé, c’est qu’il se penchera sur les problématiques de, je cite, l’ « optimalisation du ring surtout chère à la Flandre », ainsi que le développement de modes dits alternatifs au rang desquels le vélo et les autoroutes vélos.

Si la concertation est bien évidemment essentielle et doit exister, l’on peut regretter qu’elle n’ait pu se concrétiser au sein de la CMB vendue aux Francophones lors de la 6ème réforme de l’Etat en contrepartie de la scission de BHV. On connait le résultat : BHV est scindé, la CMB est morte-née.

S’il y a beaucoup à dire et à commenter en la matière, je vais veiller à me focaliser sur mes questions :

  • Il est précisé que vous vous rencontrerez deux fois par an. Pourriez-vous nous en dire plus quant aux modalités fixées et à la composition de cette structure ? Deux plénières par an avec les ministres-présidents et ministres de la mobilité ? Des sous-comités composés de leurs représentants ? Un mandat sera-t-il donné à ces représentants ? Quid des groupes de travail existants et travaillant déjà sur certains dossiers de mobilité ?
  • Ce comité se penchera essentiellement sur le projet d’élargissement du ring. Au travers de sa déclaration de politique régionale, le Gouvernement bruxellois a fixé une position claire et des demandes : des études conjointes, l’intégration dans le projet des transports publics, du vélo et des parkings de transit. Ici, on ne parle que de vélos et d’autoroutes vélos… Ce qui est très rikiki par rapport à notre DPR. Qu’en sera-t-il ? Quid des études conjointes ? Quid des transports publics ? Quid des parkings de transit ?

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Séance plénière du 13/12/2019. Il est disponible quelques jours après la date du débat.