L’élaboration d’un plan jogging à Bruxelles

Si le sport, c’est la santé, encore faut-il que les conditions de sa pratique soient les meilleures possibles.

Et parmi les différentes disciplines sportives, le jogging — sport mixte, très populaire, à coût relativement faible, se pratiquant seul ou en groupe — devrait être davantage encouragé à Bruxelles.

Tel était l’objectif d’une résolution votée au Parlement le 2 mars 2018. Dix-huit mois se sont écoulés depuis lors. Quelles sont les avancées ?

Question orale de M. Marc LOEWENSTEIN, Député bruxellois DéFI, à M. Rudi VERVOORT, Ministre-Président du Gouvernement bruxellois, chargé du Développement territorial et de la Rénovation urbaine, du Tourisme, de la Promotion de l’Image de Bruxelles et du Biculturel d’Intérêt régional, à Mme Elke VAN DEN BRANDT, Ministre, chargée des Travaux publics, de la Mobilité et de la Sécurité routière, et à M. Sven GATZ, Ministre, chargé des Finances, du Budget, de la Fonction publique et de la Promotion du multilinguisme et de l’Image de Bruxelles.

Concerne : Le suivi de la résolution relative à l’élaboration d’un plan jogging à Bruxelles

Aujourd’hui, plus personne ou presque ne conteste la nécessité d’avoir une activité physique.
Ainsi, dans ses « Recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé » publiées en 2010, l’OMS est très claire : les 18-64 ans « devraient pratiquer au moins 150 minutes hebdomadaires d’une activité physique d’intensité modérée, ou au moins 75 minutes hebdomadaires d’une activité physique intense, ou une combinaison équivalente d’activité physique d’intensité modérée à forte » ; et les adultes de 65 ans et plus « devraient pratiquer 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine, ou au moins 75 minutes d’activité physique de forte intensité par semaine, ou une combinaison équivalente d’activité physique d’intensité modérée à forte ».

L’OMS ne cesse de rappeler qu’une activité physique régulière suffisante :

  • améliore la musculature et les performances cardiorespiratoires ;
  • améliore la santé osseuse et les capacités fonctionnelles ;
  • réduit le risque d’hypertension, de cardiopathie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral, de diabète, de cancers (notamment du sein et du côlon) et de dépression ;
  • réduit le risque de chute ainsi que de fracture du col du fémur ou de fracture vertébrale ; et
  • est fondamentale pour l’équilibre énergétique et la maîtrise du poids.

Il s’agit bien de prendre plaisir à faire du sport — en respectant bien sûr quelques règles de prudence élémentaires —, et de bénéficier des bienfaits de celui-ci. Il s’agit aussi de lutter contre la sédentarité, qui est un des 10 facteurs de risque de mortalité dans le monde .
Si toute activité physique est bénéfique à tout âge pour la santé, le sport, et notamment la pratique du jogging —sport mixte, très populaire, à coût relativement faible, se pratiquant seul ou en groupe — ne peut qu’être encouragée.

Or, parmi les éléments susceptibles de décourager la pratique d’un sport, l’OMS a relevé l’absence d’installations sportives/de loisirs.

Si le sport, c’est la santé, encore faut-il que les conditions de sa pratique soient les meilleures possibles.

Dans sa Déclaration de politique générale 2019-2024, le Gouvernement s’est engagé dans la voie de la « promotion du sport pour tous ».
Il s’est engagé à poursuivre et à amplifier « son action de revitalisation des quartiers bruxellois pour garantir des espaces publics et des infrastructures publiques de proximité » dont des infrastructures sportives. Il « continuera à soutenir les créations, rénovations, extensions, réhabilitations et acquisitions d’équipements sportifs des communes bruxelloises », et « développera également une offre sportive de proximité avec de petits équipements accessibles gratuitement dans les quartiers ».

Le 2 mars 2018, notre Parlement adoptait une résolution relative à l’élaboration d’un plan jogging à Bruxelles. Initiée par Jef Van Damme, j’étais parmi les co-signataires de cette résolution et suis particulièrement sensible et intéressé par l’état d’avancement de sa mise en œuvre.

Cette résolution demandait au Gouvernement :

  • « de rédiger un plan d’action bruxellois visant à encourager la pratique du jogging qui soit attentif à la place des joggeurs dans l’espace public et les espaces verts publics, à la signalétique et la notoriété des itinéraires de jogging, à une infrastructure de soutien légère destinée aux coureurs (fontaines d’eau potable, toilettes, casiers...) ;
  • de rédiger un plan de communication afin de faire connaitre Bruxelles au niveau national et international en tant que ville de jogging ;
  • de tenir compte de la place des joggeurs dans la gestion de l’espace public et des espaces verts gérés par la Région de Bruxelles-Capitale ;
  • d’encourager les communes bruxelloises à tenir compte de la place des joggeurs dans la gestion de l’espace public et des espaces verts qu’elles gèrent ».

Compte tenu de ce qui précède,

- Pourriez-vous m’indiquer quel est le suivi de cette résolution ?
- Quelles sont les actions à venir prévues pour davantage promouvoir le jogging en ville ?
- Le gouvernement a prévu de réaliser un cadastre des sports. Quelle sera la place des joggeurs et du jogging dans ce cadastre au regard de la résolution adoptée par le Parlement le 2 mars 2018 ?

Je vous remercie pour vos réponses.

Marc LOEWENSTEIN


Pour découvrir le compte rendu des débats, cliquez ici et choisissez la Commission des Finances du 16/12/2019. Il est disponible quelques jours après la date du débat.